Accès client :   Mot de passe perdu ?
Annuaire produits du Bio et du Bien-être
Inscription à la newsletter

Produits à la une

Produits en promotion

Chemin : Accueil

Actualités

Les Guides de Greenpeace

Le 02/12/09

Pour une consommation responsable au quotidien, nous vous invitons à lire ces guides réalisés par Greenpeace : Des Gaz à effet de serre dans mon assiette ? / Pêche : Conduites dangeureuses / Guide Ecolo-Watt ...&a

 

 

 

 

 

Guides pour nos assiettes et notre environnement :

 

- Guide des produits avec ou sans OGM

Guide OGM

POURQUOI CE GUIDE ?
Depuis 1996 et les premières importations d’organismes génétiquement modifiés (OGM) en Europe, les consommateurs ont choisi : ils ne veulent des OGM ni dans les champs, ni dans leurs assiettes.
LES OGM DANS NOTRE ALIMENTATION
Les OGM peuvent être utilisés comme ingrédients dans l’élaboration de nombreux produits alimentaires (huile de soja, pop- corn, biscuits, etc.). La réglementation européenne actuelle impose d’étiqueter ces produits dès lors qu’un de leurs ingrédients contient plus de 0,9 % d’OGM (liste cidessous).
La résistance des consommateurs a permis de limiter le nombre de ces aliments.
Mais plus de 80 % des OGM sont destinés à l’alimentation des animaux d’élevage. On nourrit avec du maïs et du soja transgéniques les vaches, les porcs ou les volailles à partir desquels on prépare des aliments (laitages, charcuterie, plats cuisinés, etc.). Or la loi n’impose pas d’étiqueter ces produits.

Cette lacune de la réglementation a des conséquences très graves. Elle permet aux OGM de s’introduire dans nos assiettes à notre insu, et donc de s’imposer dans l’alimentation en dépit de l’opposition massive des consommateurs !... Lire le guide OGM GreenPeace complet

 

- Des Gaz à effet de serre dans mon assiette ?

Les aliments ont des impacts différents sur le changement climatique.

Selon leur mode de production, la distance qui sépare le lieu de production du lieu de consommation…, ils ne seront pas tous aussi riches en gaz à effet de serre (GES).

Voici quelques exemples…

Des Gaz à effets de serre dans nos assiettes

Lire le dossier Greenpeace

 

- Pêche : Conduites dangeureuses

Pêches, conduites dangeureuses 

Qu'est ce qu'une pêche durable : 

1. est gérée selon une approche écosystémique (ex. : application du principe de précaution, intégration de réserves marines dans le plan de gestion)
2. aide à protéger les habitats et les espèces sensibles
3. maintient le stock de toutes les espèces cibles à un niveau sain (ex. : suivi des recommandations scientifiques de
référence)
4. utilise des méthodes de pêche sélectives (ex. : non destructrices)
5. maintient la biodiversité associée
6. minimise l’utilisation de l’énergie, de produits chimiques, ainsi que la production de déchets tout au long de son process
7. respecte des méthodes socialement et économiquement équitables et responsables
8. assure une traçabilité complète de tous ses produits depuis la zone de capture jusqu’au point de vente.

Lire le dossier Greenpeace

 

- Résumé en français du rapport « Cooking the climate »

Traduction Cooking the climate - Greenpeace 

Quand la demande en huile de palme augmente, les stocks de carbone s’effondrent...

Chaque année, 1.8 milliard de tonnes (Gt) de gaz à effet de serre (GES) sont émises suite à la destruction et à la combustion des tourbières d’Indonésiei, soit 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, provenant de moins de 0.1% de la surface terrestre.
Ce rapport illustre comment – suite à la demande croissante pour l’huile de palme – les plus grandes industries alimentaires, cosmétiques et d’agrocarburants du monde détruisent massivement les tourbières et les forêts tropicales humides. Parmi celles-ci, Unilever, Nestlé et Procter & Gamble consomment ensemble une part importante de
l’huile de palme, originaire principalement d’Indonésie et de Malaisie. 

Lire le dossier Greenpeace

 

Guides de nos énergies, et pour notre environnement :

 

- Guide Ecolo-Watt, un comparatif écolo des fournisseurs d'électricité :

Guide Ecolo-Watt

Écolo Watt, pour bien choisir son fournisseur d’électricité.
Après le secteur des télécommunications, c’est au tour du marché de l’électricité de s’ouvrir à la concurrence.

Depuis le 1er juillet 2007, les 28 millions d’abonnés d’EDF ont la possibilité de changer de fournisseur.
Alterna, Direct Énergie, EDF, Electrabel, Enercoop, Gaz de France, GEG Sources d’énergies, Poweo, Proxelia et peut-être d’autres encore : entre ces nouveaux opérateurs, la concurrence promet d’être rude.

En ce qui concerne les prix, bien sûr, mais aussi par rapport au respect de l’environnement. Car les nouveaux venus sur le marché de l’électricité vont sans nul doute rivaliser d’offres dites « vertes ».

Lire le dossier Greenpeace

 

- Climat, vers le point de rupture :

Climat vers le point de rupture Greenpeace

Nouvelles données scientifiques sur la crise climatique - Briefing d'avril 2009

‘‘Pas de temps à perdre - plus nous attendrons, plus les dégâts seront importants’’ - Leo Meyer, présentation des principaux résultats du GIEC, RE4, octobre 2008

 

Le monde est entré dans une ère de changements climatiques dangereux et destructeurs, accélérés par notre inaction. Notre capacité à inverser la tendance pour éviter les pires impacts de ce dérèglement du climat dépend s objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre qui seront adoptés au niveau mondial au cours des prochaines années sont décisifs....

Lire le dossier

 

- Comment sauver le climat ?

Comment sauver le climat

NOUS POUVONS SAUVER LE CLIMAT !
La température moyenne globale a augmenté de 0,8°C depuis le début de la période industrielle. Ce chiffre peut ne pas sembler très élevé mais les conséquences sont considérables.

Les calottes glacières fondent d’année en année, les événements météorologiques extrêmes tels que les cyclones se multiplient. Le réchauffement climatique affecte déjà les écosystèmes et met en péril les moyens d’existence de
millions de personnes. Et ce n’est qu’un début.
Ce phénomène, d‘une ampleur inconnu, touche l’ensemble de la planète et menace la vie de chaque être humain, dans chaque pays et sur chaque continent.

Mais nous pouvons agir !

La menace ne vient pas d’ailleurs.

Nous sommes tous responsables du réchauffement climatique car ce sont nos activités qui polluent l’atmosphère en
émettant CO2 et autres gaz à effet de serre (GES).
C’est là que réside notre chance : si nous avons nous mêmes initié le réchauffement climatique, nous pouvons aussi l’enrayer. D’autant que les technologies nécessaires existent déjà!

Lire le dossier Greenpeace

 

- Face à la menace climatique, l'illusion du nucléaire :

L'illusion du nucléaire

Dans notre pays, les problèmes d’énergie sont largement confondus avec ceux de la production d’électricité, et la production d’électricité avec la production nucléaire.

Il n’est donc guère étonnant que le puissant lobby de l’atome, avec la complicité active des pouvoirs publics, ait sauté sur l’occasion que représentent les risques climatiques pour tenter de relancer une activité largement en déclin au niveau international...

Lire le dossier Greenpeace

 

Guide pour notre peau et l'environnement :

 

- Guide Cosmetox :

Guide Cosmétox

Une chimie industrielle envahissante !
A l’heure actuelle, plus de 100 000 substances chimiques industrielles sont en libre circulation sur le marché européen. Leur production mondiale est passée de 1 million de tonnes en 1939 à plus de 400 millions de tonnes aujourd’hui.

Une part importante de ces substances est incorporée dans les produits de consommation courante au moment de
leur fabrication, pour leur conférer des propriétés fonctionnelles (résistance aux attaques bactériennes, couleur, odeur ou autres propriétés chimiques et mécaniques jugées intéressantes par le fabricant).

Malheureusement, nous savons aujourd’hui qu’il y a un revers à la médaille du confort apporté à la vie moderne par le développement spectaculaire de la chimie industrielle. La plupart de ces substances chimiques ont été commercialisées sous une réglementation européenne permissive, sans évaluation pertinente des impacts sur la santé et l’environnement, en particulier sur le long terme.

En conséquence, un certain nombre de molécules massivement utilisées dans les procédés industriels et les produits de consommation courante interfèrent avec les écosystèmes et avec notre organisme, et se révèlent donc potentiellement dangereuses pour notre santé.

Lire le dossier Greenpeace

 

Dossiers et rapports de Greenpeace :

 

- Parfum de scandale :

Parfum de scandale

L’objectif de cette enquête était de quantifier l’usage de deux groupes de substances chimiques :

– les phtalates

- et les muscs synthétiques 

dans une sélection aléatoire de marques de parfum.

Pour ce faire, Greenpeace a commandé à un laboratoire indépendant une recherche analytique de ces deux familles de composés chimiques sur 36 marques d’eau de toilette et d’eau de parfum.

Les résultats confirment que plusieurs muscs de synthèse, et plus particulièrement les muscs polycycliques galaxolide (HHCB) et tonalide (AHTN), et plusieurs phtalates, surtout le diéthyl phtalate (DEP), sont très largement utilisés par l’industrie du parfum.

Ceci suggère que l’usage régulier de la plupart des parfums du commerce contribue de manière substantielle à l’exposition quotidienne des individus à ces substances chimiques, dont certaines sont des contaminants reconnus du sang et du lait maternel.
De plus, des preuves s’accumulent pour confirmer les propriétés de perturbation hormonale de certains muscs.

Lire le dossier Greenpeace

 

- [R]évolution énergétique :

[R]évolution énergétique

La présente publication analyse de façon stimulante les futures évolutions possibles en matière d’utilisation de l’énergie, en s’intéressant tout particulièrement à diverses technologies dont on prévoit l’émergence dans les prochaines années et décennies. Il est aujourd’hui universellement admis que l’adoption de nouvelles technologies - et un recours bien plus important à des techniques déjà existantes - offrent des perspectives très prometteuses en matière de réduction des émissions de GES.
C’est pour cette raison que l’Agence internationale de l’énergie, qui par le passé fondait ses analyses sur une voie d’évolution unique de la demande et de l’offre énergétique, a aujourd’hui recours à des scénarios alternatifs qui tiennent compte des futures mutations technologiques possibles.

Lire le dossier Greenpeace

 

- Electricité, le gaspillage menace le climat :

Electricité, le gaspillage menace le climat

Tout le monde s’accorde à reconnaître que la priorité des priorités pour sauver le climat est de mettre en oeuvre une politique d’efficacité énergétique beaucoup plus ambitieuse qu’elle ne l’est aujourd’hui.
La maîtrise de la demande constitue l’outil le plus efficace pour lutter contre le dérèglement climatique.
C’est aussi le meilleur moyen de répondre aux enjeux d’indépendance énergétique et de réduction de la facture des ménages et des États.
Le gaspillage s’avère en France particulièrement important dans le secteur de l’électricité. Chauffage, télévision en veille, électroménager, etc. : aujourd’hui il existe sur le marché une importante quantité d’appareils qui consomme beaucoup trop d’électricité. Jusqu’à présent, rien n’oblige les industriels à fabriquer des produits moins gourmands en énergie et trop peu de mécanismes incitent les consommateurs à les acheter.

Lire le dossier Greenpeace

 

Guide pour une Hi-Tech Responsable :

Guide pour une Hi-tech resp 

L’objectif de ce guide est d’offrir un outil aux gens pour éclairer leurs choix de consommation mais aussi de faire émerger une demande forte de produits électroniques économes en énergie, exempts de substances dangereuses, qui pourront ensuite être recyclés sans polluer l’environnement et mettre en danger la santé des travailleurs du recyclage, en Europe mais aussi dans les pays en voie de développement.

Lire le dossier Greenpeace

 

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Greenpeace,

 

SOURCE : Greenpeace

Des pétitions sont en ligne, et attendent votre signature pour plus d'impact.

 

Soutenez Greenpeace pour participer à changer les choses, cliquez ici

 

 

Document attaché

Pièce jointe : (Format PDF, 1730 Ko)